Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

Québec Aventure

Laetitia et Vincent

Notre sortie, notre petit rêve... Posté le Jeudi 9 Février 2012 à 16h21

    Durant l’hiver, Vincent a cherché, via le net, des sites favorables à l’Harfang des neiges, un hibou blanc de la toundra. Nous, naturalistes que nous sommes, il ne sera tout de même pas question de parcourir des heures de route pour observer une espèce peu commune ou rare puis repartir tels des « cocheurs fous » comme il se dit dans le jargon ornithologue. Non loin de notre secteur hivernal, à une petite heure, une place est favorable à des espèces nordiques telles que l’Harfang des neiges, le Bruant des neiges, le Bruant lapon ou la Buse pattue… Les plaines agricoles nous tendent les bras !

   Nous partons pour la première fois sur le site. Une Pie-grièche grise pour commencer. Pas commun à cette période, en tout cas, pour nous ! La Pie-grièche grise française est migratrice et recherche un secteur plus propice l’hiver pour trouver sa nourriture. Continuons la route pour s’arrêter 30 m plus loin… trois Bruant des neiges nous font face, au sol. La journée commence plutôt bien ! Nous arpentons les plaines agricoles de notre regard affuté et jumelles et appareil photo prêt à l’emploi. Un panneau semble bien nous indiquer que nous sommes sur la bonne route !

Image

 Cliquez sur la photographie afin de l'agrandir

 

   Deuxième journée, nous espérons avoir plus de chance. Le soleil, toujours au rendez-vous mais le vent nous accompagne également ! Nous connaissons dès lors la route. Vincent a du flaire, je dirais même qu’il possède une truffe bien affinée semblable aux chiens ! Il s’arrête, descend de notre véhicule et jumelle. Au loin, une tache blanche grisâtre sur un fond blanc ! Quoi de mieux ?!? Un Harfang des neiges ! Une jolie petite femelle se présente à nous. Nous nous équipons et faisons un détour pour ne pas l’effrayer. La végétation n’apparait pas, la plaine est soufflée par ce vent glacial. Tantôt nous nous enfonçons jusqu’au genou, tantôt la glace supporte notre poids. Deux individus vêtus de noir dans une plaine agricole blanche comme neige (!), ça ne trompe personne. Une, puis deux, puis trois voitures rejoignent la nôtre. Un véhicule arrêté en bord de route signifie : présence de Harfang ? Nous continuons tout droit vers la Dame vêtue de blanc. La distance de fuite (c’est-à-dire la distance entre l’animal et l’observateur) est relativement élevée. Elle décolle, plane près du sol afin de se poser sur une grange. Quelques secondes après, elle nous rejoint et se pose sur un petit arbre. Nous continuons de nous avancer malgré le vent glacial qui s’est levé. La Dame blanche n’a pas l’air nerveuse de notre approche mais nous savons dès lors à quelle distance elle s’enfuit. Nous nous approchons au maximum de cette limite et pouvons l’observer et la photographier à notre guise. Lors de l’approche gourmande de Vincent, elle reprend son envol au-delà de la butte, dans ce manteau neigeux. Nous faisons marche arrière, le vent de face, en direction de notre véhicule avec cet instant naturaliste inoubliable typiquement québécois. Nous finirons la journée par chercher d’autres individus dans le secteur en vain mais retrouverons tout de même la jolie inconnue vêtue de blanc…

Image

Harfang des neiges (femelle ou jeune)

Cliquez sur la photographie afin de l'agrandir

0 commentaire - Permalien - Partager
Commentaires