Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

Québec Aventure

Laetitia et Vincent

Certificat de Sélection du Québec (CSQ) Posté le Samedi 22 Novembre 2014 à 00h16

Image

Qu'est-ce que c'est ?

   Le CSQ est la première étape de la Résidence Permanente (RP). Pourquoi la RP est une demande en deux étapes ? Parce qu'il faut tout d'abord obtenir l'accord provincial (peut importe la province visée) avant de faire la demande fédérale. Le CSQ est un certificat dont le barème est sous forme de points. Suite au traitement du dossier et au calcul des points, trois recours s'offre au(x) demandeur(s) : l'acceptation, le refus ou l'entrevue.

 

Les nouvelles réformes

   En avril 2013, de nouvelles réformes devaient naître. Ces réformes deviennent de plus en plus strictes et il devient difficile de constituer son dossier. Avant ces nouvelles règles, nous souhaitions envoyer au plus vite notre dossier. En fin de compte, les réformes ont été repoussées en août 2013. Depuis notre envoi (en mars 2013), beaucoup de règles ont été changées. Mais lorsqu'on envoie le dossier, même si les règles changent entre temps, le dossier sera toujours traité selon les règles lors de l'envoi !

 

La préparation

17 octobre 2011 : nous sommes partis un an au Québec avec le Programme Vacances-Travail (PVT).

Juin 2012 : demande du permis de travail Jeunes Professionnels (JP), permis obligatoirement couvert sous un contrat de travail. Une entreprise nous offrait un contrat de 18 mois (durée max. pour ce permis de travail), de décembre 2012 à mai 2014.

Septembre 2012 : retour en France. Nous commençons à réunir tous les documents pour le CSQ.

Novembre 2012 : entrée au Québec avec le JP.

27 mars 2013 : envoi du dossier alors que nous étions sous le permis JP.

 

Le CSQ, une (très) longue attente !

27 mars 2013 : envoi du dossier à Montréal : 200 pages seulement !

10 juin 2013 : accusé de réception par courrier. Le dossier est ouvert et les frais prélevés soit 910$ pour nous deux.

Automne 2013 et printemps 2014 : changements d'adresse.

24 juillet 2014 : mise à jour du dossier et demande de documents non conformes. Nous avons trois mois pour renvoyer les documents manquants (sous peine sinon d'être refusés). C'est un jour de congé dédié au rassemblement de tout ce que nous pouvons. Nous avons renvoyé le dossier le 01er octobre car nous souhaitions obtenir tous les documents nécessaires (sous peine aussi d'être refusé). Prenons le temps pour être certains.

14 octobre 2013 : demande de la capacité financière (nouvelle de janvier 2014). Le ministère demande ce nouveau document pour s'assurer que nous avons bien les moyens financiers afin de subvenir à nos besoins. De toute façon, dans le même temps, nous devions leur faire part du changement d'adresse et du nouveau permis de travail, une mise à jour importante dans le dossier.

12 novembre 2014 : convocation à l'entrevue à Montréal le 18 novembre 2014 à 15h15. Cela veut dire que nous n'avons pas assez de points pour obtenir le CSQ directement mais que notre dossier était complet (il nous manque entre 1 à 6 points).

 

J'oubliai : toute erreur, oubli de nom, de signature, de date ou un document non conforme aux exigence de Ministère de l'Immigration (de la Diversité et de l'inclusion) est une excuse d'un renvoi automatique du dossier sans avoir été traité et ceci est un mode de refus pur et simple !

 

Une entrevue à Montréal

   En constituant le dossier, nous savions pertinemment qu'il nous manquait déjà quatre points. L'entrevue est dirigé vers l'adaptabilité des candidats : le Québec, le Canada, les actualités, l'histoire, le marché du travail, l'expérience de chacun, la politique... bref, leur insertion dans le monde québécois.

 

A = agent, V = Vincent (requérant principal), L = Laetitia

8h00 : départ (l'itinéraire nous prévois un peu plus de 3h ! Nous serons bien en avance mais pas risque).
12h00 : arrivée à destination, une place libre juste devant la porte d'entrée ! Nous partons à pied au Palais des congrès. Les minutes ne défilent pas et le stress ne se défile pas.
14h15 : nous rentrons dans le bâtiment. Nous nous dirigeons directement vers les escaliers et nous montons les étages mais la porte du 4ème est verrouillée avec un système automatique. C'est bien notre chance, nous redescendons et prenons l’ascenseur jusqu'au 4ème étage où nous nous présentons.
14h30 : deux bureaux, deux agents : un grand monsieur et une petite madame qui nous a l'air bien sympathique. Le stress grandi et nous ronge de l'intérieur, j'entends mon cœur résonné dans tout mon corps. Un représentant sort du bureau du grand monsieur et annonce à ses deux clients anglophones qu'ils ont leur CSQ. Nous envions leur place. Une seule personne entre dans le bureau de la petite madame et ressort 30 minutes plus tard, l'air heureuse.
14h45 : un couple entre dans le bureau du grand monsieur.
15h00 : nous pensions passer l'entrevue avec la petite dame qui quitte aussitôt les lieux. En attendant, des tonnes de documents passent devant nous, des postiers déposent des dossiers tout au long de cette heure interminable. Bonne chance aux nouveaux candidats, nous y étions il y a 20 mois !
15h15 : rien ne se passe.
15h30 : toujours rien !
15h40 : le couple sort du bureau, pas très heureux. Oups ! L'agent appelle Vincent. Il ferme la porte derrière Laetitia et se présente. Nous n'avions rien compris : une suite de mots et de phrases sans aucune pause ni ponctuation. Mais une phrase nous fait tilt :
A : […] l'entrevue durera 10 minutes, nous passerons directement à l'adaptabilité […]
Seulement 10 minutes ? Quelle chance. Présentation des passeports et du visas de travail
A : avez-vous une attestation de travail ?
V + L : oui, voici notre attestation de travail et le contrat
A : quel est votre emploi monsieur ?
V : je suis guide en traîneau à chiens aux Secrets Nordiques

A : et vous ?
L : je suis guide en traîneau à chiens et réceptionniste aux Secrets Nordiques
Je viens de toucher une corde sensible : deux emplois dans la même entreprise !!!
A : mais comment faites-vous ?
L : mon employeur m'a proposé quatre jours en réception et une journée en tant que guide plus des remplacements s'il... (pas le temps de finir ma phrase !)
A : et vous monsieur ?
V : je suis uniquement guide en traîneau à chiens aux Secrets Nordiques

A : jusqu'à quand ?
V : jusqu'en juin 2015
Deuxième corde sensible. Le stéréotype d'un emploi à l'année avec salaire fixe avec des heures stables, c'est plutôt ce qu'ils aiment ! Mais avoir une profession (guide) avec deux activités (ici et là) dans deux régions différentes, avec deux employeurs différents, ça passe moins ! C'est ce qu'on appelle être saisonnier !
A : et après ?
V : l'été, je suis guide en kayak de mer à Cap Aventure
A : c'est à temps partiel ces emplois ?
V : non, c'est à temps plein
A : mais c'est de quand à quand ?
V : l'hiver, guide de traîneau à chiens aux Secrets Nordiques, c'est du mois d'octobre à avril. L'été, je suis guide en kayak de mer à Cap Aventure de juin à septembre

Un très long débat commence pour lui faire comprendre que nous sommes saisonniers. Il est très perplexe. Il nous coupe sans cesse la parole sans nous donner vraiment la chance de nous expliquer.
A : avez-vous une promesse d'embauche pour l'été ?
Nous lui donnons une lettre de recommandation stipulant que notre employeur souhaite nous reprendre.
A : mais c'est une lettre de recommandation !
V : oui mais lisez à la fin, il demande à ce que les démarches d'immigration soient facilitées pour nous deux car notre employeur souhaite nous réembaucher.
Il ne lis rien et jette pratiquement les lettres sur son bureau ! Ça promet !
A : monsieur, connaissais-vous les valeurs communes du Québec ?
V : oui, je les connaissais
A : quelles sont-elles ?
V : le Québec est une province francophone, qui est libre et démocratique. C'est aussi... (pas le temps de finir la 3ème valeur qu'il coupe encore une fois la parole !)
A : ok, ca va. Si j'étais un employeur, quelles sont vos qualités personnelles pour cet emploi ?
V : Je suis travaillant, autonome et surtout entregent, ce qui est important dans la profession en tourisme d'aventure
A : Où habitez-vous ?
V : A Beaupré
A : dans quoi ?
V : dans un appartement !
Une chance que nous ne vivons pas dans une yourte car le stéréotype en aurait encore prit un sacré coup ! Pendant que l'agent interroge Vincent, Laetitia réalise que mon stress est resté sur le seuil de la porte !
A : combien payez-vous votre loyer ?
V : 590$/mois
A : quel est votre salaire mensuel ?
V : mon salaire est de 12,5$/heure, 375$/semaine, ça fait 750$/15 jours, donc entre 1400 et 1500$/mois.
Vincent se retourne vers Laetitia pour une confirmation, nous réfléchissons ensemble... :
A : oui, ça va. Monsieur, pourquoi faites-vous cette profession ?
De très belles argumentations données de la part de "monsieur" :

V : […] pour que les québécois se reconnectent aux activités de plein air.
A : pourquoi immigrer au Québec ?
V : […]

Et là commence un long moment de TIC TIC TIC. Non non, pas une horloge mais bel et bien le clavier de l'ordinateur, entrecoupés de :
A : vous habitez à Beauport ?
V : non, à Beaupré.
TIC TIC TIC
A : votre salaire est de 1500$/mois ?
V : oui, entre 1400$ et 1500$/mois.

Ça n'en fini plus TIC TIC TIC... Nous avons eu le temps de scruter le peu d'objets sur son bureau au moins 10 fois, les affiches au mur... Je me fais la réflexion qu'il y a aucune poussière ! Je me demande si notre dossier est informatisé ! Je vois en face de moi un énorme dossier ouvert. Est-ce le notre ? J'arrive à lire à l'envers « Capacité d'autonomie financière ». Je me dis que c'est bien notre dossier et nous n'imaginions pas avoir envoyer autant de documents (près de 300 pages, oui, c'est à peu près ça !). Une feuille imprimée par leurs soins est au dessus. J'arrive à la lire sans pour autant trouver nos noms. Des points sont attribués dans différentes catégories. L'agent se retourne vers moi et nous annonce :
A : félicitations, vous êtes acceptés !
Nous lançons un merci très timide. L'agent broche certains documents, tout en silence, garde son exemplaire, nous donne l'autre et ramasse tous les papiers sur le bureau (une chance que j'avais déjà rangé les passeports et les permis de travail !!!). Nous sortons du bureau avec le sourire à 16h00 (20 minutes d'entrevue) et sortons du bâtiment où une tempête de neige nous accueille les bras ouvert ! Nous avons encore au moins 3h de route devant nous et commençons à avoir faim. Et oui, le stress ne nourri pas !

2 commentaires. Dernier par pascale&eric le 07-12-2014 à 19h16 - Permalien - Partager
Commentaires