Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

Les amis du colombier Lureuil

HOSPITALE DE LORIOLO

Coutumes et folklore en Brenne. Posté le Dimanche 12 Février 2012 à 18h25

Le mariage : 

Pour avoir un petit garçon, la mère doit porter sur elle une petite champlure.

Quand une femme a un enfant, si la lune change dans les neufs jours qui suivent la naissance, le prochain sera de l’autre sexe.

Pour avoir des enfants il faut que les femmes stériles mettent un doigt au trou de la porte à saint Génitour au Blanc.

Pour se marier dans l’année, il faut lever le pied  en voyant passer un marin, ou bien on doit mettre un cheveu sur la traine d’une mariée.

Si la femme est plus grande que le mari, on dit : le chat va manger le beurre puisque le couvert et plus petit que la « mette » (la maie).

La trainée du balai : lorsqu’on marie un enfant unique, ou le dernier, on a coutume à faire trainer un balai à la ceinture du père de la mariée.

Pour détourner les maléfices il faut :

    Empêcher le sort de monter : dans ce but, le mari doit marcher sur la robe de la mariée durant tout l’évangile, c'est-à-dire quand la mariée est debout. 

  Se remarier : le curé doit clandestinement redire la messe de mariage.

Le décès :

Dans la région du blanc, quand un paysan était décédé, ses amis plantaient de distance en distance, sur le bord du chemin que le convoi devait prendre des petites croix de bois de 20 cms de hauteurs.

Lorsque la maitresse du logis meurt, on met un crêpe aux ruches de ses abeilles, et le crêpe y demeure tout le temps du deuil.   

                          Image

                                  Georges Sand

 

 

Comment les épouses infidèles étaient punies en Brenne.

 

Les paysans de Brenne avaient, jusqu’à la fin du  XIXème, une façon particulière de faire honte aux épouses infidèles et aux femmes dites de mauvaise vie. Quand le délit devenait flagrant, et que l’épouse ‘’avait fait son nid avec un autre que son mari’’ on entendait un grand cri « chaud chauuuuuuuuuud » les laboureurs et les bucherons se répondaient de loin en loin pour signaler ce fait contraire à la morale

Ce cri fait penser à la ‘’clameur du haro’’ du moyen âge. 

Comme en Poitou les bergers se répondaient par un cri particulier ‘’le dérélo’’ .

 

La rôtie de la nuit de noce

Comme en Poitou, les jeunes gens font le siège de la chambre nuptiale pour faire avaler la rôtie.

La rôtie nous dit Georges Sand, est une coutume assez sotte qui fait souffrir la pudeur de la mariée, et tend à détruire celle des jeunes filles qui y assistent.

 

                            Image

                                         Maurice ROLLINAT

 
Un siecle pour les Oiseaux - 13min par LPO_France

0 commentaire - Permalien - Partager
Commentaires