Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

Figs & Cie

Degemer Mat

Partie entre Romains César et Germains Posté le Dimanche 28 Septembre 2008 à 21h04
Samedi, nous avons fait une partie de DSC entre hordes de Germains, commandés par Frank et moi, et cohortes de romains César dirigées par le grand Brunius (Bruno pour les intimes), armées en 1700pts.

L'armée des Germains comprenait :
 - au centre le corps du général en chef avec 2 cavalerie escortée, 6 hordes de 4 socles et 2 unités d'archers légers.
 - à droite un corps regroupant les unités impétueuses avec 2 généraux, l'un commandant une grande horde (9 socles) et 2 javeliniers, l'autre 3 hordes (4 socles) et 2 javeliniers.
 - à gauche, le plus petit des 3 corps avec 2 cavaleries escortées et 2 hordes (6 socles).
Les guerriers germains (en hordes) ont comme caractéristiques d'être tenace 1, ardeur au combat 1 et de pouvoir adopter la formation en coin, bref de l'infanterie moyenne mais de bonne qualité. De plus certaines unités disposent de fascines.

L'armée romaine était composée comme suit :
 - au centre, le général en chef commandant une légion de vétérans et une de novices, 2 archers Crétois et 2 balistes.
 - à droite, un tribun avec sous ses ordres une légion de vétérans et une de novices et 2 unités de frondeurs des Baléares.
- à gauche, un petit corps de cavalerie avec 2 unités légères numides et 2 cavalerie des Trévires, cavalerie moyenne avec un moral aggravé 2.
Le romain à l'avantage d'avoir un excellent commandement et une bonne manœuvrabilité.

Autre avantage du romain, son bon général en chef lui permet de mieux gérer la mise en place des terrains et le germain se retrouve dans la plaine alors que son adversaire peut appuyer sa tactique sur 2 collines, une au centre sur laquelle il placera ses balistes et une autre sur son aile droite.


Image
La table de jeu, à gauche les Germains, on voit que le joueur romain dans la phase de mise en place des terrains à réussi à écarter sur le bord de table les deux bois que son adversaire voulait placer au centre pour faire obstacle au tir des balistes et gêner les cohortes (l'infanterie lourde dans les bois est pénalisée).

Image
L'aile de cavalerie romaine, presque pas de valeur combattive face aux hordes mais une grande capacité de nuisance face au corps impétueux germain.

Image
La masse des barbares.

Image
Les deux corps de légions, au centre la colline d'où les balistes peuvent arroser la moitié de la table. Devant celles-ci, deux unités d'archers Crétois avec discipline de tir, la puissance combinée de leurs tirs va fortement gêner l'avancée du corps central germain et occasionner les premières pertes.

Image
Le placement fait, le germain gagne l'initiative et commence sa progression en avant.

Image
Sur l'aile gauche germaine, les cavaleries escortées vont scotcher la légion de novices qui leur fait face et qui longtemps ne voudra pas quitter la position avantageuse de la colline. Au centre, les tirs combinés balistes-archers ont déjà fait reculer avec perte une cavalerie escortée, la deuxième ne va pas tarder à suivre le même chemin.

Image
On voit le centre germain en désordre suite au recul des cavaleries et le romain qui avance. Au fond, l'aile impétueuse essaye de se réorienter mais des échec d'ordre vont la faire avancer sur les cavaliers qui reculent.

Image
Un certain attentisme de l'aile droite romaine couplé, à là aussi des échecs d'ordres, font que ce corps est en retard sur l'avancée romaine. Les hordes du plus faible des corps barbares ont plantés les fascines et attendent elles aussi le romains.

Image
Au centre, les premiers combats, à l'initiative du germain, entre les deux corps des généraux en chef on fait des dégâts.

Image
On voit ici, un combat entre une horde et une cohorte de vétérans (une autre cohorte a été anéantie dans un autre choc). Il faut dire que pour ces premiers combats, les dés autant en attaque qu'en sauvegarde ont été largement en faveur du germain.

Image
C'est au tour du romain d'attaquer et le centre adverse va souffrir de la charge des cohortes. Les hordes attaquées vont être anéantis à peu de frais.
Au fond le puissant corps impétueux germain qui ne fera rien de la partie hormis faire reculer la faible cavalerie romaine et n'aura pas le temps de pouvoir se réorienter et intervenir au centre, là ou va se jouer la partie.

Image
Voyant leurs camarades attaquer, la légion de vétérans de l'aile droite décide enfin de descendre de la colline. Une des cohortes va tenter de percer à travers le mur de fascines.

Image
On voit la cohorte se heurter à une horde de six socles retranchée derrière ses fascines, elle va au premier round de combat faire reculer le germain mais ensuite elle sera repoussée et détruite pour la perte finale d'un seul socle de germain. Qui s'y frotte, s'y pique.

Image
La fin du corps du général en chef germain, à l'issue des combats précédents, il est passé moral aggravé 2 (moral aggravé 1 pour celui du romain) et pour éviter l'anéantissement et la défaite, il recule mais ce ne sera pas suffisant et la perte d'une autre horde sonnera la déroute et la fuite de l'armée barbare. Rome a vaincu.

Image
Les restes du corps central germain à la fin de la partie.

Padup.

4 commentaires. Dernier par Frank le 12-10-2008 à 22h00 - Permalien - Partager
Commentaires