Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

poetenegre

lenegrenoir

Grand-père Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 17h05

 

 Qui se cache derrière ce grand voile,

 Quelqu’un digne d’être mon étoile ?

 Qui se cache derrière ce grand voile,

 Quelqu’un digne de poser sur ma toile ?

 Ce siècle était vieux quand tu vins au monde,

 Il traînait les pas, tu poussais tes premiers cris.

 La terre était belle, les forets denses, véritables abris ;

 Les pluies tombaient beaucoup.Le soleil dans sa ronde

 Quotidienne souriait aux savanes fleuries des régions alentour.

 La lune n’oubliait pas d’éclairer les villages sans borne.

 La nuit soufflait le vent. Les étoiles de la voûte faisaient le tour,

 La fourmi savait sa route, le rhinocéros peignait sa corne.

 Les cimes des arbres portaient de drôle de couleur,

 Les Noirs vaillants face aux Blancs dans le saule

 Avec leurs bras forts de nègres. Les rayons de chaleur

 Restaient cachés dans les cheveux verts des arbres touffus. Sol

 Vierge, terre riche ! Dans le calme obligé du colon impérial

 Poussaient les poils d’Eburnie, magnifique lit de duvet

 Qu’allait recouvrir cette terre tienne où tu croissais jovial

 Et heureux. La nature était austère, les énormes nuages bavaient

 Des pluies diluviennes que buvaient toujours gloutons les arbres

 Centenaires dont les longues racines épaisses formaient les nervures

 De la terre sauvage où vivaient nos soixante ethnies sans palabres.

 Puis l’époque vint, époque de tes contemporains ayant souffert les bavures

 Noires des Blancs, sous le hideux étendard tricolore de l’impérialisme aux deux visages ;

 Epoque de tes épaules innocentes dont se servait l’envahisseur pour avancer

 Dans sa marche , la marche dans la conquête d’une terre d’hommes sauvages ;

 Terre précieuse à mettre en valeur, hommes barbares à faire danser

 La musique libératrice des civilisations occidentales, bénies cultures des dieux.

 Puis l’époque vint, époque de la servitude réelle qui traçait heureusement les chemins

 De la modernité ; longues routes commerciales, chemins de fer sans fin et mieux

 Premières cultures d’exportation. Même si tu avais les pieds et les deux mains

 Liés par l’excessive vénération du Toubab, tes yeux ont vu les douleurs

 De l’enfantement du développement, de ce développement sur les sillons

 Duquel nous marchons sans voir l’issue lumineuse qui essuiera les pleurs

 Agacés de nos ventres rachitiques qui meurent peu à peu sous les aiguillons

 De nos politiques sans permis de conduire, conducteurs aveugles de peuplades ignorants.

 Qui se cache derrière sur cette grande toile,

 Certainement une terre qui oublie de prendre, de la scène, les devants ;

 Certainement des hommes qui ne voient pas briller dans le ciel leur étoile.

 Le destin, divin maître, avait tiré les cartes et lancé le dé

 D’une ère où les hommes ne sauraient pas quoi faire de leur vie ?

 Pendant que tu reposes sur tes terres ancestrales, à Kaadé

 Ton petit-fils gît dans une nation complètement dévastée et meurtrie.

0 commentaire - Permalien - Partager
Commentaires