Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

poetenegre

lenegrenoir

Les paroles de mon père Victor Hugo Posté le Samedi 6 Septembre 2008 à 15h40

« Cette tête de l’homme du peuple, cultivez-la, défrichez-la, arrosez-la, fécondez-la, éclairez-la, moralisez-la, utilisez-la ; vous n’aurez pas besoin de la couper.  »

 

 Le peuple a faim, le peuple a froid. La misère le pousse au crime ou au vice, selon le sexe.

 

 C’était un de ces hommes qui n’ont rien de vibrant ni d’élastique, qui sont composés de molécules inertes, qui ne résonnent au choc d’aucune idée, au contact d’aucun sentiment, qui ont des colères glacées, des haines mornes, des emportements sans émotion, qui prennent feu sans s’échauffer, dont la capacité de calorique est nulle, et qu’on dirait souvent faits de bois ; ils flambent par un bout et sont froids par l’autre.

 

  L’œil de l’homme est une fenêtre par laquelle on voit les pensées qui vont et viennent dans sa tête.

 

je l’ai aimé d’abord parce qu’il m’a nourri, ensuite parce qu’il m’a aimé.

 

 

Que la nécessité de se faire justice soi-même était un cul-de-sac où l’on se trouvait engagé quelquefois

 

Ah ! oui, vraiment, c’est juste, je vous comprends. Un homme ivre me donne un coup de poing, je le tue, j’ai été provoqué, vous me faites grâce, vous m’envoyez aux galères. Mais un homme qui n’est pas ivre et qui a toute sa raison me comprime le cœur pendant quatre ans, m’humilie pendant quatre ans, me pique tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes, d’un coup d’épingle à quelque place inattendue pendant quatre ans ! J’avais une femme pour qui j’ai volé, il me torture avec cette femme ; j’avais un enfant pour qui j’ai volé, il me torture avec cet enfant ; je n’ai pas assez de pain, un ami m’en donne, il m’ôte mon ami et mon pain. Je redemande mon ami, il me met au cachot. Je lui dis vous, à lui mouchard, il me dit tu. Je lui dis que je souffre, il me dit que je l’ennuie. Alors que voulez-vous que je fasse ? Je le tue. C’est bien, je suis un monstre, j’ai tué cet homme, je n’ai pas été provoqué, vous me coupez la tête. Faites.

 

0 commentaire - Permalien - Partager
Commentaires