Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

la cachina

cuisine et galéjades

Les gilets fauves Publié le Lundi 3 Décembre 2018 à 07:57:57

Le renard et la France.

Le roi c'est lui, Manu. Renard de la finance.
Il régnait en tyran et n'écoutait personne.
Croyant que c'est comme ça, qu'on dirigeait la France.
Dédaignant les manants bien assis sur son trône.

Il avait avec lui, des naïfs, des nouveaux.
Séduits qu'ils ont été par son départ en trombe
Ils l'ont choisi, suivi, ils l'ont même trouvé beau.
Le soir de la victoire, ils ont tous fait la bombe.

Ces gens qui le suivaient, comme suivent les veaux,
Ont pensé que peut-être ils allaient exister.
Ne voyant pas venir le risque du K.O.,
Ils faisaient le dos rond. Et le peuple grondait.

Puis ça a commencé. Il s'est fait contester.
Plus de blé, plus de rien dans les granges des gueux.
C'est la faute au climat, au diesel ! Qu'il disait.
On ne le croyait plus. On était malheureux.

La clameur est montée, d'ici jusqu'à Paris.
Les gueux ont enfilé un joli gilet jaune
Pour ne pas les confondre avec tous ces nantis.
Ils voulaient simplement, qu'un peu plus on leur donne.

Que nenni ! Rien ! Nada ! Pas même un vermisseau !
Manu et courtisans ne voulaient rien entendre.
La preuve qu'en politique ils étaient tous puceaux.
On l'avait bien compris qu'ils n'étaient pas Cassandre.

Et pendant que Noël illuminait les rues
La colère est montée, sur les Champs-Élysées.
Les gueux ont envahi la plus belle avenue.
Manu et ses ministres commençaient à trembler.

Les gilets boutonnés étaient bien décidés
À rentrer tous chez eux avant le mois de mars.
Pour passer réveillon près d'une cheminée,
Et surtout ne pas être, les dindons de la farce.

La suite, normalement, viendra un peu plus tard.
Je ne peux que conter, je ne suis pas prophète.
Je sais tout simplement que le peuple en a marre
D'avoir faim, d'avoir froid, et n'avoir... que des dettes.

 

Michel Mitran

Image

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager
MON DIABETE Publié le Mercredi 18 Octobre 2017 à 13:26:19

Voila, c'est pas simple amies et amis de la cachina.

Depuis des années j'ai vu quelques endocrinologues. Je ne sais si j'ai pas de chance , mais les résultats allaient de pire en pire, on m'a même injecté du januvia (attention danger)

Quelques années après c'était pire et finalement j'ai fini sous insuline avec des résultats minables (et moi qui croyait que c'était le miracle l'insuline), et bien non.

Quelques mensonges plus loin de la part des docteurs , on finit par me dire que j'étais insulino résistant, et que l'insuline ne faisait pas grossir (mensonges) et donc le cycle infernal a commencé, je grossiqssais et le diabète montait. On m'a m^me mis pendant plus d'un an une pompe à insuline, c'est pas commode à gérer, et la prise de poids fut catastrophique .

 

la pompe fut enlevé, les kg non, merdum!

 

J'en était arrivé à 100 unité et plus d'insuline rapide (c'est énorme) + 130 d'insuline lente, le tout aurait du tuer un cheval.

 

Bon déprine, hospitalisation, résultat pas chouette, puis un endocrino me dit il vous faut une chirugie bariatrique !

 

ma fille diététitienne m'a dit pas question, tu supportera pas vu tes autres maladie et la dénutrition dont elle s'occupe tous les jours à son travail.

 

Je me suis dit je vais aller à Marseille au CHU. 4 mois d'attente plus loin j'ai rencontré une endocrinologue très compétente , jeune et qui sais écouter et répondre sans mentir (oui c'est rare)

 

elle m'a dit je vous hospitalise, c'est pas long mais il le faut, mais on était en plein été.

 

Je lui dit OK mais après l'été. Entre temps elle m'avait supprimé beaucoup d'insuline en me disant que cela sera mieux. en effet,

 

ces dernier temps je suis allé donc à l'hôpital de la conception à marseille dans son service.

 

Là la première chose fut de controler mon lecteur de glycémie,  bonjour la cata je ne vais pas dire la marque .

 

il savérait que le lecteur et les anciens étaient pessimiste, pour un résultat réel de 1.00 gr de glycémie mon lecteur annonçait 1.80 gr, oh putanasse !

 

Sur ceux les traitement furent changés, l'insuline très fortement diminuée et hop le diabète fut équilibré en quelques jours. Le suivi du patient est vraiment bien.

 

on me prescrivit un lecteur très fiable basique, et les résultats sont exellents

 

elle me dit que si je n'avait pas eu des diverticules si sensibles j'aurais pu passer et me soigner avec des comprimés (??????) comme quoi , hein ?

 

On va me poser un lecteur free style  (capteur à changer tous les 15 jours )  et gâteau sur la cerise je maigris doucement mais régulièrement, sans avoir faim, super, je suis moins fatigué.

 

 

le gros bilan aura lieu au mois de janvier, on verra mais je m'attends à de bons résultats (mais aucun écart dans le régime attention)

 

Voila c'est tout en gros.

 

maintenant il va falloir que je me batte avec cette saleté de lévothyrox

 

Bien à vous, patrick

J'ai vu depuuis des années quelques endocrino

Afficher les 11 commentaires. Dernier par jardingue fr le 06-12-2017 à 15h24 - Permalien - Partager
Les phrases de micron Publié le Dimanche 10 Septembre 2017 à 12:20:13

source le net Gérard Filoche

 

30 des pires déclarations d’Emmanuel Micron

1. « Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord. »

2. « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires. »

3. « Bien souvent, la vie d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié, il ne faut pas l’oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties. »

4. « Il y a dans cette société (Doux) une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. »

5. « Le libéralisme est une valeur de gauche »

6. « Les salariés français sont trop payés » « Les salariés doivent pouvoir travailler plus, sans être payés plus si les syndicats majoritaires sont d’accord. »

7. « Le FN est, toutes choses égales par ailleurs, une forme de Syriza à la française, d’extrême-droite. »

8. « Je n’aime pas ce terme de modèle social. »

9. « Être élu est un cursus d’un ancien temps. »

10. « Vous n’allez pas me faire peur avec votre t-shirt, la meilleure façon de se payer un costard c’est de travailler. »

11 « Les britanniques ont la chance d’avoir eu Margaret Thatcher »

12 Je dis aux jeunes : « ne cherchez plus un patron cherchez des clients »

13 « La France est en deuil d’un roi »

14 « Je suis pour une société sans statuts »

15 « Je ne suis pas là pour défendre les jobs existants »

16 « Le chômage de masse en France c’est parce que les travailleurs sont trop protégés »

17 : Il qualifie ceux qui, au sein du PS, s’opposent à sa loi (308 articles réactionnaires dont le travail le dimanche, de nuit, ou la privatisation du don du sang) de « foyer infectieux » ou de « fainéants ». « Je pense qu’il y a une politique de fainéants et il y a la politique des artisans. »

18 : « Chaque candidat qui sera investi signera, avec moi, le contrat avec la Nation. Il s’engage à voter à mes côtés les grands projets, à soutenir notre projet. » « Pas de frondeurs » ( l’article 27 de la loi fondamentale dispose que  »tout mandat impératif est nul. Le droit de vote des membres du Parlement est personnel »)

19 : Finie la protection sociale basée sur le salaire. Macron propose ainsi un transfert géant de 450 milliards de cotisations sociales du salaire brut payé par le capital (eux) sur celui de l’état payé par l’impôt (nous).

20 : « Je vais faire un CICE durable »

21 : « Je ne vais pas interdire Uber et les VTC, ce serait les renvoyer vendre de la drogue à Stains »

22 : « Je compte sur vous pour engager plus d’apprentis. C’est désormais gratuit quand ils sont mineurs »

23 : « Il n’y a pas de culture française »

24 : « Vu la situation économique, ne plus payer les heures supplémentaires c’est une nécessité » (à Davos !)

25 : « La gauche classique est une étoile morte. L’idéologie de gauche classique ne permet pas de penser le réel tel qu’il est »

26 : « C’est une erreur de penser que le programme est le cœur » d’une campagne électorale » « La politique c’est mystique »

27 : « 35 h pour un jeune, ce n’est pas assez »

28 : « Je vous ai compris » dit-il aux pieds-noirs à Toulon

29 : « La politique c’est mystique »

30 : «  une start-up nation est une nation ou chacun peut se dire qu’il pourra créer une start-up. Je veux que la France en soit une ».

 

et le pire continue

 

Attattion Fainéants

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager
Chine, fête du chien comestible le 21 jiun (source l'express) Publié le Samedi 24 Juin 2017 à 10:53:12

Et on nous traite de froggy !

 

Dieu quelle horreur

 

Festival de viande de chien à Yulin, en 2014.

 

 

s

 

 

Afficher le commentaire. Dernier par visiteur le 24-11-2018 à 15h53 - Permalien - Partager
Risque incendie feu de forêts VAR Publié le Samedi 24 Juin 2017 à 09:17:38

Carte préfecture du var

 

http://www.var-adm.net/massifs83_web/massifs83.gif

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager
les damnés des « zero hour contracts » Publié le Lundi 5 Juin 2017 à 08:05:17

Le Monde

 

Au Royaume-Uni, les damnés des « zero hour contracts »

Le très flexible contrat « zéro heure », qui permet notamment de convoquer ou d’« annuler » des salariés par SMS, illustre la face sombre de la reprise britannique.

LE MONDE | 24.10.2014 à 17h24 • Mis à jour le 19.04.2016 à 17h02 | Par Philippe Bernard (Londres, correspondant)

Abonnez vous à partir de 1 €   Réagir Ajouter

La chaîne de restauration rapide McDonald's serait l'entreprise qui recourrait le plus au contrat "zéro heure". Ici, sur la photo, des manifestants défilaient devant le restaurant McDonald du centre-ville de Los Angeles, le 14 avril dernier.

Candice Roberts n’a pas besoin de parler pour expliquer à quoi sa vie ressemble. Elle brandit son antique téléphone portable Huawei comme une pièce à conviction, où les six mots du SMS qu’elle a reçu samedi après-midi sont restés inscrits : « Mission annulée. Mettez-vous en attente ». La quadragénaire aux yeux cernés et au sweat-shirt en éponge saumon n’est pas astronaute. Elle est emballeuse de biscuits secs à l’usine Jacob’s, une énorme bâtisse de brique sur laquelle flotte l’Union Jack, à Aintree, au nord de Liverpool. Lorsque son patron a besoin de ses services, Candice, 46 ans, place dans leurs boîtes les cheese crackers ou les club chocolate, qui défilent sur un tapis roulant. Sinon, elle attend la prochaine « mission » de l’agence de placement Prime Time, qui sert d’intermédiaire. Un simple SMS pour la convoquer au travail, parfois dans l’heure qui suit. Un autre, éventuellement, pour annuler sa venue. Et des journées entières à attendre qu’on la sonne, en pensant à la paie qui rétrécit à chaque heure perdue.

Appelée ainsi vendredi pour rejoindre l’équipe du dimanche matin à 7 heures, elle a appris la veille que, finalement, on n’avait plus besoin d’elle. « I’ve been cancelled » (« J’ai été annulée »), explique-t-elle en un terrible raccourci. Le long silence qui suit n’est troublé que par les applaudissements du jeu diffusé par la télé, allumée en permanence. La nuit est tombée sur le lotissement de logements sociaux de Fazakerley, dans la grande banlieue au nord-est de Liverpool. Les réverbères soulignent un crachin persistant. Il fait froid dans le salon de Candice et Michael Roberts, où l’humidité s’infiltre. « On allume le gaz juste au moment d’aller au lit, glisse ce dernier. En hiver, on passe la soirée chez des amis. »

Cela fait déjà trois ans que Candice et son mari Michael, 58 ans, vivent au rythme infernal de ce que les Britanniques nomment le « zero hour contract », le ZHC (contrat à zéro heure), des « contrats » qui ne garantissent aucune heure de travail au salarié, mais l’obligent à accourir quand on le siffle. En janvier, l’Office national des statistiques britannique a recensé 1,4 million de contrats« ne garantissant pas un minimum d’heures ».Les ZHC « facilitent la tâche des employeurs qui veulent abuser de leur pouvoir sur le marché du travail », reconnaît le très libéral hebdomadaire The Economist.

Devant la barrière qui contrôle l’entrée de l’usine Jacob’s de Liverpool, qui vient de célébrer son centenaire, une banderole bleue représente des paquets de crackers et declub biscuits à l’orange ou au chocolat, « fiers d’avoir été cuits à Aintree ». Ces crackers en paquets orange immortalisés par Wallace et Gromit, qui sont un peu au patrimoine britannique ce que le petit-beurre est à la France.

Les abus sont commis à une si large échelle que même les conservateurs au pouvoir, ultralibéraux, ont promis de moraliser ces pratiques s’ils sont reconduits au terme des élections législatives de mai 2015. Les contrats de type ZHC, qui non seulement n’assurent aucun horaire mais contiennent une clause d’exclusivité interdisant au salarié de travailler ailleurs, seront interdits, a annoncé David Cameron début octobre. « Ce n’est pas l’économie de marché, c’est un marché faussé », a asséné le premier ministre. Les travaillistes, eux, ne veulent pas purement et simplement abolir une formule qui a remis tant de chômeurs au travail – le taux de chômage a baissé de 2 points entre juin 2011 et juin 2014. Leur chef de file, Ed Miliband, dénonce « des conditions de travail dignes de l’époque victorienne [XIXe siècle] », mais promet seulement d’instaurer un droit à un horaire minimal après une certaine période d’emploi en ZHC.

En attendant, cette forme de flexibilité maximale s’est banalisée. Elle a proliféré depuis la crise financière de 2008, avec une nette accélération dans les toutes dernières années : le nombre de travailleurs en « zéro heure » a doublé depuis 2012. Les dernières statistiques publiées en recensent 583 000, un chiffre sous-estimé car nombre de salariés ignorent qu’ils relèvent de cette formule. Près de la moitié des emplois de l’hôtellerie et de la restauration, un tiers des manœuvres et des agents d’entretien, un quart dans le secteur des soins et des loisirs sont concernés par toute une variété de contrats sans garantie horaire. Les femmes et les jeunes sont les premiers visés.

La formule est utilisée aussi pour des emplois très qualifiés et bien payés. Des anesthésistes, des cardiologues, des sages-femmes, des graphistes, des précepteurs sont recrutés sans la moindre garantie horaire. Certains radiologues, par exemple, ont été affectés par le Service national de santé (NHS) à des pools de personnels qui les mettent à disposition de plusieurs hôpitaux en leur offrant des zero hour contracts. Pour certains professionnels, il s’agit d’une forme de liberté, et 47 % des salariés concernés se déclarent satisfaits de ce système. Mais, pour la majorité, il s’agit d’une situation subie. Employés en moyenne 25 heures par semaine, ils ont souvent du mal à joindre les deux bouts, et un tiers des intéressés réclament davantage d’heures.

Flexibilité maximale

A eux deux, Candice et Michael Roberts gagnent en moyenne 350 livres par semaine (environ 1 900 euros par mois), mais ignorent en permanence leurs revenus de la semaine suivante. Ils ne sont pas employés directement par Jacob’s, mais par l’agence Prime Time Recruitment, qui leur verse le salaire minimal de 6,50 livres de l’heure (8,20 euros), soit 2 livres de moins que les ouvriers permanents de l’entreprise pour les mêmes tâches. Au total, la biscuiterie Jacob’s de Liverpool-Aintree emploie 830 salariés permanents, auxquels s’ajoutent jusqu’à 250 ouvriers mis à disposition par l’agence. La période des fêtes de Noël et du Nouvel An, où les biscuits se vendent bien, est en principe faste. Mais Candice se rappelle avec horreur le mois de mars, où l’agence ne l’a pas appelée une seule fois. « Ça a été la période la plus noire depuis que j’ai commencé à travailler, à l’âge de 16 ans. Pas d’argent. Rien, articule-t-elle. J’ai dû donner mon collier et mes boucles d’oreille au mont-de-piété. Heureusement, j’ai pu les récupérer le mois suivant. »

Longtemps tolérés, les ZHC suscitent désormais la polémique. Pas une semaine sans que les médias ne relatent des situations abusives, des drames personnels et des contentieux. La presse a désigné McDonald’s comme le plus gros pourvoyeur de contrats sans garantie horaire (90 % de ses 83 000 employés au Royaume-Uni), et la chaîne de restauration rapide a été amenée à se justifier. « Nos employés cherchent la flexibilité », « Nous ne les convoquons pas par téléphone », indique le site britannique, qui assure simplement tenir compte des disponibilités exprimées par ses employés.

La presse a aussi révélé que près de 90 % des 23 000 employés de SportsDirect, une chaîne de magasins d’articles de sport, travaillaient sous ZHC, sans congés payés ni rémunération en cas de maladie. Une plainte pour discrimination salariale est en cours de la part d’une ancienne employée qui dit avoirquitter son emploi en raison de crises de panique liées à la précarité de ses horaires et de ses revenus. Inspirée par le livre de Florence Aubenas, journaliste au Monde, Le Quai de Ouistreham (L’Olivier, 2010), une pièce de théâtre mettant en scène la situation de travailleurs « jetables » a tenu l’affiche un mois à Londres, cet été.

« Nous sommes comme les gâteaux que j’emballe à l’usine : On tombe dans une caisse pour laisser la place aux suivants » Bill Jones, Ouvrier chez Jacob’s

« Dans les années 1930, mon grand-père se présentait chaque matin pour l’embauche sur les docks. Les patrons désignaient du doigt les ouvriers qu’ils sélectionnaient ; les autres repartaient penauds. Nous sommes revenus à cette époque », déplore Barry Kushner, le conseiller municipal travailliste de Liverpool, qui préside la commission spéciale mise en place par la ville pour lutter contre la précarité. Près de la moitié des offres d’emploi actuellement proposées dans la grande cité côtière le sont par des agences de recrutement, comme celle qui fournit à la biscuiterie Jacob’s une main-d’œuvre flexible et payée au smic, tels Candice et Michael Roberts. L’idée de M. Kushner est de rédiger une charte contenant des garanties minimales négociées entre syndicats et employeurs. Ces derniers s’engageraient à recourir en priorité à d’autres formes de flexibilité comme le travail à temps partiel ; ils seraient encouragés à fournir un minimum d’heures de travail programmées au moins une semaine à l’avance, après six mois de ZHC.

A terme, la municipalité exclurait des marchés publics toute entreprise qui ne se conformerait pas à cette charte. Mais les élus ont joué les arroseurs arrosés lorsqu’un blog d’opposants a révélé, en septembre, que la municipalité elle-même employait 442 précaires. Uniquement dans des secteurs acceptés par les syndicats, comme l’approvisionnement des événements spéciaux, se défend l’élu.

Désormais objets de scandale, les ZHC et autres contrats sans garantie d’horaire contribuent, en même temps, avec la montée en puissance du temps partiel et la flambée de l’autoentrepreneuriat (40 % des emplois créés depuis 2010, selon les travaillistes), à la baisse spectaculaire du taux de chômage (6,2 %, contre 10,3 % en France), dont David Cameron fait son principal argument de campagne. Ils illustrent la face sombre de la « vigoureuse reprise » que le premier ministre célèbre quotidiennement.

Prime gouvernementale

La reprise ? « Si c’était vrai, je n’en serais pas là », s’insurge Bill Jones, un père de famille de 42 ans qui, lui aussi, remplit des boîtes de biscuit et de crackers chez Jacob’s quand Prime Time l’appelle. « Mon contrat de travail est long comme ça et écrit en tout petit. » Et même s’il l’avait lu, en aurait-il compris les pièges ? Sur le papier, le document lui garantit sept heures de travail par semaine, à condition qu’il accepte n’importe quel job dans un rayon de 25 miles (40 km) autour de son domicile. A l’automne 2013, le travail manquait chez Jacob’s et l’agence lui a demandé de pointer chez Tangerine, une usine de confiserie située à Blackpool, à 80,5 km de chez lui, mais à 40 km… à vol d’oiseau. Le billet de train pour s’y rendre coûtait l’équivalent de trois heures de travail. Il a refusé, comme tous ceux à qui on l’a proposé.

Ces mois-là ont vraiment été à « zero hour » et zéro paie pour Bill Jones, qui, comme les autres salariés cités, préfère user d’un pseudonyme pour ne pas risquer de perdre son emploi. Il a sollicité l’aide d’un avocat militant pour obtenir le paiement des sept heures prétendument garanties par son contrat. La lettre adressée par le juriste à l’agence de placement est restée, selon lui, sans réponse. « J’ai laissé tomber », lâche Bill Jones. Il n’a jamais été payé des sept heures prétendument garanties.

En trois ans de ce régime, le quadragénaire aujourd’hui en révolte a appris que ni l’égalité salariale avec les ouvriers attachés à l’usine, ni les 25 heures hebdomadaires qu’on lui avait fait miroiter ne se concrétiseraient. Il a aussi découvert que les contrats comme le sien s’interrompaient régulièrement pour que l’agence en signe de nouveaux avec d’autres candidats à l’emploi, afin de percevoir la prime gouvernementale de 1 500 livres (près de 1 900 euros) versée pour l’embauche de chômeurs de longue durée. « Nous, les ouvriers employés par les agences, nous sommes comme les boîtes de gâteaux que j’emballe à l’usine : nous avançons sur un tapis roulant et, à un certain moment, nous tombons dans une caisse, pour laisser la place aux suivants », dit cet ancien chauffeur et disc-jockey au visage fatigué, qui porte un tee-shirt gris Armani impeccable. Sur l’écran plat resté allumé dans son living, Tom Cruise, imperturbable, joue Mission impossible.

Ce soir, Bill Jones embauchera dans l’équipe de 17 h 15, il le sait depuis une semaine. Mais pour celle d’hier, il n’a été prévenu que la veille. Et demain ? Ce week-end ? « J’attends que le téléphone sonne. Ils peuvent m’appeler une heure avant pour une équipe de 12 heures. Ils savent que j’habite à 10 minutes de l’usine à vélo. » Lui, qui ne peut « jamais rien prévoir », se trouve contraint d’anticiper Noël. Le souvenir de l’an dernier, où, faute de travail en automne, il n’a pu offrir de cadeaux à ses deux enfants, le poursuit. Cette année, il a commencé ses achats dès juin, « pour répartir le coût ». « Pour gagner un salaire décent, il faudrait faire six équipes par semaine. Je n’en fais que trois ou quatre. »

Sur qui compter pour se sortir de la nasse des « zero hour » ? Bill, électeur travailliste de toujours, a d’abord pensé aux syndicats. Mais il montre sa carte d’adhésion en faisant la grimace. « J’ai été les voir, mais j’ai arrêté de payer ma cotisation. Ils ne m’ont été d’aucun secours, car je n’appartiens pas au personnel permanent. Ils disent qu’il faut d’abord défendre le staff. Mais les ouvriers en place préfèrent faire embaucher leur fille ou leur nièce plutôt que nous. Ils nous considèrent comme des travailleurs de seconde zone. » Il a ensuite alerté son député, car il pense que l’agence de recrutement, qui reçoit de l’argent public pour l’embauche de chômeurs, devrait être encadrée. Il espère que l’action de la municipalité, la publicité donnée à la condition des travailleurs en « zero hour », permettra d’améliorer les choses. Les nombreux commentaires sur Facebook après un article publié par un quotidien local l’ont revigoré : « Beaucoup de gens cherchent aussi des heures et ne trouvent pas ça normal. »

Quant au bulletin de vote de Bill Jones aux prochaines élections, il aura, à l’entendre, une curieuse couleur : « Je suis pour un mélange entre le Labour et l’UKIP [Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni de Nigel Farage, xénophobe et antieuropéen]. Les deux ont de bonnes idées. Le Labour veut abolir la bedroom tax[instaurée en avril, elle consiste à réduire les allocations pour les locataires sociaux disposant d’une chambre « vide »]. Et l’UKIP veut que nous sortions de l’Europe pour que le pays soit plus fort. »L’Union européenne ? « Elle n’a rien fait pour empêcher les agences de recrutement de nous exploiter. » Quant au vote UKIP, « ce serait un bon coup de pied aux fesses des autres partis, des immigrés illégaux qui sont trop nombreux, et des Anglais qui partent faire le djihad ».

« Anglaise et blanche »

Sur la question de l’immigration, sa collègue Candice Roberts est intarissable. « Les Polonais et les Asiatiques, on leur donne plus d’heures qu’à nous. Je le sais : j’ai beaucoup d’amis asiatiques. Ils font 60 heures de travail par semaine quand j’en ai 40 », assure-t-elle. Dans ses explications sur les horaires de travail, le mot « work » revient souvent. Elle le prononce avec l’inimitable « r » guttural du « scouse », l’accent de Liverpool, qui évoque le « ch » allemand. « Si on donnait moins de travail aux étrangers, poursuit-elle, ils pourraient porter plainte pour discrimination. » Pour l’heure, c’est elle, Candice, née à Liverpool, qui se sent « discriminée ». « Parce que je suis anglaise et blanche, lance-t-elle. Et parce que je dis tout haut ce que je pense et demande pourquoi on n’a pas de travail. »Même à propos de l’agence qui l’emploie avec si peu de ménagement, elle a son idée : « Elle est tenue par des juifs », murmure-t-elle. Cela ne l’empêchera pas de voter « probablement » Labour, comme elle l’a toujours fait. A moins qu’elle n’« oublie » le jour du vote, comme lors des élections européennes. « Quelquefois, je pense que c’est une perte de temps et je m’en moque. »

Afficher le commentaire. Dernier par voyance gratuite en ligne le 06-06-2017 à 12h04 - Permalien - Partager