Blog créé grâce à Iblogyou. Créer un blog gratuitement en moins de 5 minutes.

Le blog de Chérif BOUTAFA

Parler de Grenoble, etc.

Image

 

Gros malaise au sein de la police municipale de Saint-Martin-d’Hères, en Isère. Les arrêts maladie pleuvent. Ce jeudi 21 septembre 2017, 98% du personnel policier manque à l’appel.

Un profond malaise frappe la police municipale de Saint-Martin-d’Hères, près de Grenoble.

Ce jeudi 21 septembre, dix agents de terrain sur onze étaient en arrêt maladie. Il ne restait à leur poste que deux chefs de service et un agent nouvel arrivant selon Chérif Boutafa, délégué syndical FO.

Le syndicaliste dénonce notamment des effectifs et des équipements de protection et de communication insuffisants.

Un sentiment d’insécurité.

Face à des individus parfois violents et déterminés, les policiers municipaux se sentent en insécurité.

Les patrouilles s’effectuent aujourd’hui le plus souvent à deux au lieu de trois comme il est recommandé pour la sécurité des personnels.

L’équipement est insuffisant selon les policiers. Lorsqu’un aérosol incapacitant est utilisé pour faire face à une situation d’urgence, l’agent attend qu’un nouveau lui soit commandé. « Cela peut prendre plusieurs semaines » précise le syndicaliste.

De la souffrance au travail

Les policiers dénoncent également la difficulté d’effectuer les démarches de déclaration d’agression et le manque de soutien de leur hiérarchie.

Une situation qui provoque de la souffrance au travail.

Le chef de la police municipale n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire. Et le maire de Saint-Martin-d’Hères, que nous avons sollicité, n’a pas donné suite à nos demandes d’interview pour l’instant.

Par Anne Hédiard Publié le 21/09/2017 à 11:28 Mis à jour le 21/09/2017 à 11:29

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager
LOI TRAVAIL Publié le Samedi 26 Août 2017 à 19:33:02

Mailly : "Nous ne sommes plus dans le même contexte que la loi travail"
Le leader de FO affiche sa satisfaction quant à la concertation sociale, mais attend les derniers arbitrages pour se positionner sur la réforme Pénicaud.
PROPOS RECUEILLIS PAR MARC VIGNAUD
Modifié le 25/08/2017 à 19:57 - Publié le 25/08/2017 à 16:57 | Le Point.fr
Comme les autres organisations patronales ou syndicales, une délégation de Force ouvrière (FO) a pu voir une partie des ordonnances de la réforme du Code du travail, cette semaine, au ministère du Travail. Son secrétaire général, Jean-Claude Mailly, dont le positionnement sera central pour déterminer l'ampleur de la contestation sociale, livre son état d'esprit au Point.fr avant la présentation de la réforme définitive, jeudi 31 août.
Le Point : En 2016, vous étiez sur une position d'opposition ferme à la loi El Khomri. Cette fois, vous êtes beaucoup plus ouvert. Qu'est-ce qui a changé ?
Et cette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager
Légalisation d’une drogue (le cannabis), et après… Publié le Jeudi 24 Août 2017 à 18:43:09

Ils nous arrivent d’écouter ou de lire des articles sur « la légalisation du cannabis » où des acteurs de la cité s’exprime à la place des gens qui subissent ou qui en vivent.

Ce n’est pas une critique, mais un constat et un retour de certains habitants.

Pourquoi les Grenoblois, Métropolitains et Isérois ne réagissent pas? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ne pas essayer d'arracher le bizness de la drogue des mains des bénéficiaires? Parce que même avant la réflexion, la démission des uns et des autres étant si élevé que même à tâtons une proposition est désespérée? Parce que parfois, l'humain nomme les injustices, mais ne sait pas comment les résoudre et que vous sentez totalement l’impuissance et la résignation? Comment avons-nous contribué à cette démission générale et cette apathie qui permet de manipuler le pouvoir des citoyens, de la politique et de l'économie parallèle d'une manière si inhumaine?

Pourtant cela fait des années que des expériences par ci, par-là (ville, département, pays) ont été faites. De ces expériences, des volontaires ont été divisé en de nombreux groupes, ils ont été invités à réfléchir dans leurs périmètres délimités. Ces expériences ont été partagées et diffusées. Les retours sont mitigés, selon les points de vue de chacun. Mais cela fonctionne dans certaines parties du territoire.

D’autre expériences intéressantes aident à mieux comprendre comment la démission des parents, du politique, de l’état (donc nous), de la société peut être induite, est montré que nous pouvons passer d’un modèle de civilisation à un chaos. Il est montré, par l'anxiété et la frustration, un état de résignation et d'impuissance, en peu de temps. A partir de ces expériences, il résulte que dans une situation de frustration ou d'angoisse constante, l'être humain a tendance à démissionner et à voir des difficultés insurmontables qui le dépasse.

Si nous pensons que par intervention médiatique auquel nous sommes exposés en permanence, qu’il n'est pas si difficile à comprendre de quelle manière sont utilisées des déclarations et de quelle manière ceux qui les utilisent en bénéficie. De soumettre des habitants à un sentiment d'anxiété et de frustration constante, cela peut vous amener à penser que rien ne peut être fait pour changer leur condition et donc conduit à un état d'apathie et de la tolérance de tout acte répréhensible.

Comprendre comment les mécanismes de la vente de la drogue peuvent vous aider à comprendre comment réagir positivement à une réflexion collective. Il est dit que la lecture d'un magazine de mode pendant 15 minutes abaisse l’estime de soi de 30%, aujourd'hui, la guerre contre ce fléau a été étendue à l'estime de soi sur tous les fronts: la radio, la télévision, les journaux, la publicité dans les rues, Internet et les réseaux sociaux, sont intégrés dans l’analyse de votre existence. Imaginez alors ce qui peut entraîner un sentiment de vie constamment répété que quelque chose ne va pas dans votre vie. Que votre montée d’immeuble n’est plus en sécurité, votre quartier est obsolète, que vos voisins ne sont pas si sympas que cela (ils ont des enfants qui craignent), etc. En d'autres termes par la frustration, l’insécurité, le moral en prend un coup et de cette façon l’indifférence est la solution la plus simple et accepté avec résignation et l'apathie est offerte par ceux qui ont causé le problème. Un individu apathique manque d'intérêt émotionnel, social, spirituel, philosophique, parfois accompagné de phénomènes physiques. L’individu apathique peut également se montrer insensible vis-à-vis d'autrui.

De toute évidence, il y a des solutions à ce pessimisme ambiant et l'optimisme induit. Les mêmes personnes interrogées dans les médias locaux amènent à formuler de nouvelles théories sur la légalisation ou non et la façon de vivre plus heureux. Toutefois, il faut traiter les aspects pathologiques des consommateurs, sans négligé la prévention et la santé. La psychologie positive, cependant, est d'étudier avec la médecine préventive, les processus qui sont à la base des émotions et des qualités humaines positives.

Une réflexion associé avec les représentants d’habitants Grenoblois, Métropolitains et Isérois, les anciens dealer ou revendeur, le politique, la police, la justice, le monde médical, les associations liés à ce phénomène, etc. Pour aider le « pessimiste » à reprendre, nous pouvons sortir de la démission et prendre possession de notre cité. Nous sommes quelque part, comme une naissance, a ce moment nous sommes totalement sans défense, mais avec de l’aide et de la maturité  nous acquérons de la confiance en nous-même en perdant progressivement ce sentiment d’impuissance.

Nous devons briser la logique marchande et les régimes actuels qui ont été déjà essayé et à nous de vivre dans un état que nous désirons. Le capitalisme et sa logique ne fonctionnent pas, la drogue a augmenté de façon constante dans la société! Ce modèle de développement ne répond plus aux besoins, mais seulement crée des désirs. Le besoin est quelque chose qui satisfait, alors que le désir est renouvelé en permanence. Dans la société de consommation à tout prix, nous avons constamment créés de nouveaux désirs et de faux besoins, ce qui conduit à vivre dans une société d'insatisfaction perpétuelle. Pour beaucoup d’habitants, la vie semble être devenue juste un long trajet à l'accaparement de ces « nécessités » qui sont en réalité rien de plus que « désirs induits » par les millions de messages que nous absorbons inconsciemment tous les jours. Une course frivole, futile et folle, qui a pour objectif une planète invivable et une société lobotomisée. L’étape consiste à changer la (puce) humaine.

Passer de la concurrence d’un gain personnel, à la coopération pour le bien-être de la collectivité. La cité partagée serait un bon exemple à suivre.

Nous pensons qu'il est impossible de combattre ce fléau de cette façon, avec ces pouvoirs capitalistes qui inventent la crise économique, si nous ne prenons pas le temps de nous poser et de s’écouter pour agir. Tout en faisant un buzz de plus en plus houleux entre la droite contre la gauche, la seule chose claire est que la logique capitaliste et le profit économique sont contre toute l'humanité et que la mondialisation non contrôlée détruit la vie, sous toutes ses formes, partout sur la planète. Nous sommes allés vers un mauvais chemin, nous devons revenir à l'intersection précédente et prendre une nouvelle direction.

Que la population s’informe, s’organise et change la carte mémoire, car malgré tous se qui se dit, se visualise ou se lit, seulement deux étapes nous sépare du bien-être à une vie heureuse.

Les maires, le président de la Métropole, le président du conseil départemental doivent créer des tables rondes, en présence des représentants de l’état pour garantir l’équité, en présence des représentants d'habitants de tout les quartiers, des associations liés à ce phénomène, des services de sécurité (police, gendarmerie, armée, pompier, etc.), de toute personne que nous oublions et qui serait un apport considérable.

L'urgence est de mise pour contrer ce fléau destructeur.


Posté le 21/08/2017 par Chérif Boutafa

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager

Première candidature pour être tête de liste d’En marche aux municipales de 2020 à Grenoble.

Cherif Boutafa, connu comme délégué syndical Force ouvrière des agents territoriaux de la Ville de Grenoble, vient de candidater officiellement auprès de Jean-Paul Delavoye, le président de la commission nationale d’investiture de La République en marche, dans un courrier en date du 6 juillet.

Il est le premier à ouvrir le bal. Comprendre candidater officiellement dans les rangs macronistes au poste de premier magistrat dans la capitale du Dauphiné. Le militant associatif et syndical  qui dit “soutenir Macron depuis les débuts” saute donc le pas.

“On a la chance avec LREM de disposer d’un mouvement qui permet à des inconnus de se présenter, tout en les formant », estime-t-il.

Sherif Boutafa, délégué FO à la ville de Grenoble et candidat à la candidature LREM aux municipales de Grenoble en 2020. DR Comme beaucoup, cet instructeur du domaine de public à La Métro veut rompre avec la politique à l’ancienne. Fini l’entre-soi, place au renouvellement ? Fini le clivage gauche-droite ?   Marqué à gauche de par son activité militante, Cherif Boutafa récuse tout positionnement idéologique. “La droite, la gauche, ce n’est pas ce qui m’intéresse mais davantage l’investissement, le travail de la personne.”

“Cette fois, je me lance en avance”. Pas encarté, il pose là sa première candidature dans la sphère politique, après avoir loupé le coche en mai dernier. Le syndicaliste avait en effet un temps envisagé de se présenter comme candidat à la députation sur la première circonscription de l’Isère. Mais un peu tard, puisque le poste était déjà pourvu, occupé par Olivier Véran.

“Cette fois, je me lance en avance”, s’en amuse-t-il. Il n’a toutefois pas toutes les cartes en main. Premier passage obligé : la commission d’investiture. Et s’il n’est pas choisi, que ferait-il ? “Si je ne suis pas désigné tête de liste, pourquoi pas intégrer une équipe ?”

Source : article Le délégué FO Cherif Boutafa candidat à la mairie de Grenoble en 2020 | Place Gre'net - Place Gre'net

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager
VOTE DU 7 MAI 207 Publié le Lundi 1 Mai 2017 à 20:16:47

Dans le département, le Front National a réalisé un score au-dessus de sa moyenne nationale avec 22,3% des suffrages.

L'enjeu de rassemblement autour d'Emmanuel Macron et de son projet est essentiel dans notre département.

Nous ne devons pas laisser le Front National s'implanter dans nos territoires.

Votre rôle si vous le voulez dans les prochains jours est de convaincre les citoyens d'aller voter !

Sur le terrain : en participant aux nombreuses actions proposées par les comités.

Autour de vous : en incitant 5 de vos proches à se rendre aux urnes le 7 mai 2017.

Le pire n'est pas impossible et votre rôle pour essayer une autre politique est déterminant.

À bientôt,

Ecrire un commentaire - Permalien - Partager